Différences sexuelles dans les synapses excitatrices de l’amygdale basolatérale de rat

 

Résumé

L’amygdale basolatérale (BLA), une aire limbique massivement connectée aux structures corticales et sous corticales est à l’interface de la perception, des émotions et des comportements moteurs. Son rôle dans le traitement des stimuli craintifs et gratifiants, ainsi que dans la mémoire émotionnelle, est désormais bien établi. Un nombre croissant de preuves indique des différences entre les sexes dans ces fonctions. En outre, la BLA est impliquée dans l’étiologie de maladies neuropsychiatriques, notamment le syndrome de stress post-traumatique, la dépression et l’anxiété, caractérisées par leur prévalence plus élevée et leurs symptomatologies spécifiques dans la population féminine. Bien que l’étude du cerveau femelle et des différences entre les sexes dans la recherche préclinique ait récemment pris de l’ampleur, les différences entre les sexes dans les fonctions de la BLA ont surtout été étudiées dans des modèles pathologiques de rongeurs, et le développement physiologique de la BLA femelle reste partiellement compris. Le cerveau de rongeurs mâles ayant été jusqu’ici, le modèle par défaut de la grande majorité des études précliniques, l’objectif de ma thèse a été d’étudier les synapses excitatrices de la BLA de rat en fonction du sexe. Mon travail de recherche s’est articulé autour de deux grands axes : 1) nous avons comparé les propriétés neuronales et la transmission excitatrice dans la BLA de rats pubères et adultes des deux sexes. Nos travaux montrent des profils de maturation différents des propriétés morpho-fonctionnelles entre les rats mâles et femelles 2) La BLA et d’autres régions du cerveau impliquées dans l’intégration des fonctions cognitives, émotionnelles et motrices telles que l’hippocampe ventral (vHipp) et le noyau accumbens (NAc) changent au cours du cycle œstral. Nous avons utilisé l’optogénétique pour montrer que le cycle œstral a un impact préférentiel sur la voie vHipp->BLA, laissant la voie vHipp->NAc apparemment intact. Ces résultats jettent une nouvelle lumière sur la façon dont le cycle œstral contribue à la spécificité du sexe et du circuit dans le cerveau adulte.

 

Jury

Rapporteure – Dr. Sophie Layé, Laboratoire NutriNeurO UMR 1286, Bordeaux
Rapporteur - Pr. Michel Vignes, Lab ‘Stress Oxydant et Neuroprotection’ , Montpellier
Examinateure – Dr. Julie Bakker, Laboratory of Neuroendocrinology GIGA, Liège - Belgique
Président – Pr. Valéry Matarazzo, Inmed UMR1249, Marseille
Directeur de thèse- Dr. Olivier Manzoni, Inmed UMR1249, Marseille

 

Pauline Guily, équipe Adolescence et vulnérabilité développementale aux maladies neuropsychiatriques – Pascale CHAVIS/Olivier MANZONIE

Jeudi 16 décembre 2021 à 14h

Partager l'article